Le périple huguenot – l’exemple d’Antoine Trabue

A la fin de l’année 1685, Louis XIV signa l’Edit de Fontainebleau, révoquant ainsi l’Edit de Nantes et interdisant le protestantisme dans le Royaume de France. Certains Protestants se convertirent au catholicisme en apparence, d’autres choisirent la voie de l’exil.

Le document que je vous présente ci-dessous provient de la Virginia Historical Society Library à Richmond en Virginie aux Etats-Unis (transcription à la fin de l’article). Il s’agit d’une lettre de recommendation d’un Huguenot de Montauban se rendant à Amsterdam suites aux persécutions subies en France. J’ai trouvé ce document exceptionnel, outre parce que c’était la première fois que je voyais un tel document, mais aussi parce qu’il permet de reconstituer précisémment le trajet emprunté, la durée de ce trajet une fois hors le royaume de France et de se faire vaguement une idée ce ce que ces hommes étaient prêts à affronter pour rester fidèles à leur foi.

Antoine Trabue, né vers 1668, quitte Montauban à une date indéterminée et rejoint Lausanne. Le 15/09/1687, J.Vernhes, lui aussi en exil, ancien ministre de Villemade et de Montauban, lui remet une lettre de recommendation qui fera par la suite office de passeport puisqu’elle sera visée à chaque étape listée ci-dessous :

le 19/09/1687 à Berne

le 29/09/1687 à Zurich

le 30/09/1687 à Schaffhouse

le 17/10/1687 à Nuremberg

le 17/03/1688 à Francfort

le 10/04/1688 à La Haye

le 15/04/1688 à Amsterdam

L’étape à Schaffhouse est confirmée par un relevé du registre d’assistance de Schaffhouse sur lequel on peut constater qu’Antoine Trabue reçoit la somme de 2 florins et 40 kreutzers.

On peut remarquer un espacement de 5 mois entre son arrivée à Nuremberg et son arrivée à Francfort alors que ces deux villes ne sont distantes que de « seulement » 200km. L’explication la plus simple étant souvent la meilleure, je pense qu’il a dû passer l’hiver à Nuremberg.

Ci-dessous une carte du trajet. En prenant au plus court, on arrive à 1865km de marche d’après le site Mappy. Mais il faut savoir que les Huguenots avaient interdiction de quitter le royaume de France sous peine d’être condamnés aux galères pour les hommes et à la prison pour les femmes.Ainsi tant qu’ils étaient en France, ils préféraient faire des détours pour emprunter des sentiers moins dangereux et voyager de nuit. Aussi peut-on légitimement penser qu’Antoine Trabue a parcouru largement plus de 2000km à cause de ces détours.

Ce parchemin indique un trajet jusquà Amsterdam alors comment ce fait-il qu’on le retrouve dans une bibliothèque de Virginie aux Etats-Unis ? La réponse se trouve dans le journal de Daniel Trabue1, petit-fils d’Antoine Trabue. Dans ce journal on y apprend qu’Antoine Trabue était effectivement aux Pays-Bas après la révocation de l’Edit de Nantes. Il pensait que l’Edit de Fontainebleau serait bientôt révoqué et qu’il pourrait retourner en France, récupérer ses biens, et reprendre le cours « normal » de sa vie. En 1699, il était toujours en Hollande où il se maria à une Française.

Pendant ce temps-là, Guillaume III, roi d’Angleterre et Stathouder de Hollande, possèdait des colonies en Amérique et il avait besoin de colons pour les peupler. Aussi plusieurs centaines de Huguenots d’Angleterre et des Provinces-Unies, voyant que depuis quinze ans rien n’avait changé pour les Protestants en France, acceptèrent en 1700 l’offre du roi d’Angleterre de coloniser le Nouveau Monde en échange de terres et d’exemption de taxe. Il quitta donc la Hollande pour rejoindre l’Angleterre d’où il embarqua sur l’un des quatre (ou cinq) navires qui partirent pour le Nouveau Monde en 1700. Ils firent voile jusqu’à proximité du fleuve James (James River) et s’installèrent sur un ancien campement des indiens Monacan. La colonie prit donc le nom de Monacan Town même si elle est plus connue sous le nom de Manakin Town. Cette ville a aujourd’hui disparu mais les cartes anciennes nous permettent de la situer à quelques kilomètres de l’emplacement actuel de Richmond où se trouve ce parchemin.

Il est a noté que dans son journal, Daniel Trabue fait mention du parchemin que son grand-père avait emmené : « My grandfather brought a certificate with him, written on parchment, from France, that was spelt Straboo » (Mon grand-père amena un certificat avec lui, écrit sur parchemin, de France, où (le nom) était épelé Straboo.) Daniel Trabue fait une erreur de lecture puisqu’il est clairement écrit Antoine Trabuc et non Straboo mais cette erreur est sûrement imputable à son français médiocre.

Voilà l’itinéraire de ce parchemin qui a parcouru plusieurs milliers de kilomètres depuis le sud-ouest de la France jusqu’en Virginie.

TRANSCRIPTION:

Nous soubsignez certifions que Antoine [Trab]uc, sellier, natif de la ville de Montauban et agé

d’environ dix neuf ans d'[as]sez bonne taille, poil chastain obscur ayant une petite cicatrice sur

l’oeil gauche a fait toujours profession de la Religion Reformée de mesme que ses parens

qui l’ayant elevé sans qu’il ait commis de scandale qui soit venu à nostre connoissance

autre que celuy que la violence des persécutio[ns] dernieres faites en France (dont Dieu luy a

fait la grace de sortir et dont il fait reparation) luy ont fait commettre. Nous le recom(m)endons

à la divine providence et à la charité co[rdia]le de nos freres. Fait à Lausanne ce quinzieme

septembre mil six cens huictante sept.

[signé] J.Vernhes autrefois ministre de l’esglise de Villemade et de celle de

Montauban p[…] Recuilloit.

[colonne de gauche]

Davin pasteur de l’eglize de Sauvignargues en Languedoc

Noguier ministre d’Uchaud en bas Langued(oc)

Assitement biss nach Zür[ich]

A Berne le 19 7bre 87 [signé:] […]vorasinin

Veu à Zurich le 29 7bre 87 [signé:] Delorte

Paste(ur) de Montjoux en Dauphiné

assisté à Schaffouze le 30 7bre 1687 [signé:] Heinaguier

Assité à Nuremberg le 17e 8bre 1687 [signé:]Aspierat

[colonne de droite]

J.Combe Ministre

à Lausanne

Assité à F(rancf)ort le 17e Mars 1688

David Vienne Diacre

[…] Frankfurt d[ie] 17 marz 1688

[signé:] Johann patra […]

Assisté à la Haye le 10 d’avril 1688

[à cheval sur les deux colonnes]

Amsterdam assité 15 avril 88 [signé:] Pasteur Parti[…]

1« The journal of Colonel Daniel Trabue », dans Colonial Men and Times, Innes & sons, Philadelphie, 1916

One thought on “Le périple huguenot – l’exemple d’Antoine Trabue

Comments are closed.