Histoire de votre maison

L’histoire de votre maison

Vous souhaitez connaître l’histoire de votre maison, sa date de construction ou bien sa première mention dans les archives, savoir qui y vivait, à quoi elle ressemblait… De nombreux documents existent qu’un généalogiste familial saura exploiter.

Le cadastre moderne

Le premier d’entre eux est évidemment le cadastre. Quand on parle de cadastre, on pense au plan cadastral avec les numéros de parcelle. C’est vrai que le plan est l’un des documents du cadastre napoléonien et du cadastre rénové. Mais le cadastre est avant tout un outil fiscal qui permet l’imposition sur les propriétés foncières et à ce titre il est également composé  d’autres documents comme les états de section ou les matrices cadastrales. Il permet de connaître les propriétaires successifs, les années de mutation, de savoir quand eurent lieu les agrandissements des propriétés bâties, le nombre d’ouvertures (fenêtres, portes, portes cochères…), les réunions ou divisions de parcelles…

Les recensements

Ils permettent de savoir qui habitaient votre maison tout au long du XIX° et XX° siècles: qui était chef de famille, combien d’enfants, combien de domestiques…

Le cadastre ancien

Plus communément appelé “compoix”, ils étaient très fréquent sous l’Ancien Régime, particulièrement dans le sud de la France. Là encore le principal objectif des compoix étaient de permettre l’imposition. Ils étaient parfois accompagnés d’un document appelé “brevette”. On retrouve aux Archives départementales des cadastres du XIV° siècle et plus fréquemment du XV° siècle jusqu’à la Révolution.

Extrait du cadastre de Meynes (Gard) du début du XVIII°siècle concernant les biens de M. De Trimond:

“Maison, jardins, terrasses, basses-cours, moulin à huile, remise, et autres couverts, le jardin et une basse-cour contigue formans en partie la face du levant entre les grands et les petits appartemens de ladite maison, les autres trois basses-cours attenantes audit moulin à huile, l’une à la face orientale, une autre à la face occidentale et l’autre à la face méridionale dudit moulin”….

Le livre terrier

Biens que de très nombreux livres terriers furent détruits à la Révolution Française, ces documents sont là encore très intéressants pour retracer l’histoire d’une maison. Il s’agit d’un livre dans lequel le propriétaire (souvent un seigneur) réunissait tous les actes concernant ses biens, toutes les sommes qu’on lui devait par rapport aux droits qu’il possédait. La plupart du temps, ces droits s’étendaient sur de très nombreuses habitations et parcelles. Ce document permet donc de savoir, à l’instar des précédents, qui possédait quoi.

Exemple du livre terrier de la famille de Cambis, seigneurs de Cairanne (fin XVII° siècle):

“Grange avec son tennement de terres au cros de l’Estant confrontant du levant le chemin des Mulets, du couchant et bize le chemin tendant à Orange ,du midy l’estant de ladite communauté contenant dix saumées une eymine sept cosses advaluée 68 livres 7 sols 8 deniers.”

Il s’agit donc d’une grange avec ses terres attenantes située au quartier Cros de L’étang. A l’est de la grange se trouve le chemin des Mulets, à l’ouest et au nord le chemin menant à Orange, au sud l’étang qui appartient à la communauté de Cairanne. La surface totale est de 6.3 hectares. Le tout est évalué à 68 livres 7 sols et 8 deniers.

Inventaire après décès

Au décès d’une personne, il était parfois procédé à l’inventaire de tous ses biens et ce type de document donne une foule de renseignements sur l’intérieur de la maison, notamment la disposition des pièces et l’ameublement. Voici un extrait d’un inventaire de 1764:

“Item un poelon, trois poelles à frire prisé trois livres,
Item deux chaudrons de cuivre jaune prisé six livres,
Item un tournebroche avaloir garni de ses poids et cordages et une fontaine de grains prisé neuf livres,
Item un hachoir ou billot et une table de cuisine de bois d’hetre prisé trois livres,

                        Dans une cabane attenant ladite cuisine

Item une cruche de terre remply de rataffiat et une autre cruche remplie de vinaigre prisé vingt sols”

Et de nombreux autres documents

Actes notariés, hypothèques, photographies aériennes, cartes postales… sont autant de ressources qui peuvent également être exploitées pour réaliser l’histoire de votre maison, grange, château…

L’origine de vos droits

Les servitudes (droit de passage, droit de puisage, servitude de plantation, servitude de vue…) sont attachées aux biens immobiliers et non aux propriétaires. Ainsi quand les propriétaires changent, les servitudes quant à elles restent. Souvent on connaît ou présume l’existence de ces servitudes sans vraiment connaître leur origine. Mais parfois il est nécessaire de retrouver leurs origines afin de faire valoir ses droits. Pour ce type de recherche, je me focalise essentiellement sur les actes notariés même si bien évidemment d’autres sources peuvent venir en complément.

Si vous avez besoin de retrouver l’origine d’une servitude, n’hésitez pas à me contacter.

Droits d’eau

Les moulins peuvent être fondés “en droit” ou fondés “en titre”. Les recherches s’articulent d’abord sur la recherche d’un règlement d’eau du XIX° siècle. Si les recherches aboutissent, le moulin est fondé en droit. Si elles n’aboutissent pas, il faut prouver que votre moulin existait avant 1789 et qu’il est ainsi fondé en titre.

En revanche si votre moulin est situé sur un cours d’eau domanial, il ne faut pas prouver son existence avant 1789 mais son existence avant l’Edit de Moulins de 1566.

Seul un expert des recherches en archives pourra faire aboutir une entreprise aussi incertaine. N’hésitez pas à me contacter.

Biens sans maître et biens en état d’abandon

Si vous êtes une municipalité et que vous avez des biens sans maître ou en état d’abandon dans votre commune, n’hésitez pas à me contacter pour accomplir les formalités de recherches en matières d’hypothèque et d’état civil.